Image of a flower

La fleur de puissance

Justice, équité et inclusion

Contexte

This activity leads a reflection on each individual’s places of privilege and power in our society. After individual reflection, there are a variety of ways to lead group sharing and focus the debrief to fit within a program’s overall goals. This activity can serve as an introduction to the concepts of power and privilege for a group or can be used to dive deeper into these concepts with folks who are already familiar with them.

La « fleur de puissance » est un outil développé par des éducateurs canadiens spécialisés dans le changement social lorsqu'ils travaillent avec des groupes pour « identifier qui nous sommes (et qui nous ne sommes pas) en tant qu'individus et en tant que groupe par rapport à ceux qui détiennent le pouvoir dans notre société » (Educating for a Change, p. 87). Le centre d'une fleur de type marguerite est divisé en 16 segments, chacun représentant une facette ou une catégorie de notre identité sociale. Ce centre est entouré de deux rangs de pétales, un à l’extérieur et l’autre à l’intérieur. Les pétales extérieurs décrivent les identités dominantes ou puissantes dans la société. Les pétales intérieurs sont remplis par les participants et décrivent l'identité sociale de chaque individu. 

Les définitions suivantes vous aideront en animant cette activité :

  • Le pouvoir (INSTITUTIONNEL) : La possession du contrôle, de l'autorité ou de l'influence sur les autres (Merriam-Webster, 2018). La capacité ou l'autorité officielle de décider ce qui est le mieux pour les autres. La capacité de décider qui aura accès aux ressources. La capacité d'exercer un contrôle sur les autres. The ability or official authority to decide what is best for others. The ability to decide who will have access to resources. The capacity to exercise control over others.

  • Le privilège : Un droit ou une immunité accordée comme un avantage, un bénéfice ou une faveur particulière : prérogative ; surtout : un tel droit ou une telle immunité attaché spécifiquement à un poste ou à une fonction (Merriam-Webster, 2018).

Le privilège opère aux niveaux personnel, interpersonnel, culturel et institutionnel et confère des avantages, des faveurs et des bénéfices aux membres des groupes dominants au détriment des membres des groupes cibles. En Amérique du Nord, le privilège est accordé aux personnes qui font partie d'un ou de plusieurs de ces groupes d'identification sociale:  

  • Les blancs;
  • Les personnes valides;
  • Les hétérosexuels;
  • Les hommes;
  • Les chrétiens;
  • Les personnes de la classe moyenne;
  • Les personnes d'âge moyen;
  • Les personnes qui parlent anglais;

Les privilèges sont généralement invisibles pour les personnes qui en sont bénéficiaires. Les membres des groupes dominants pensent souvent qu'ils ont « gagné » les privilèges dont ils profitent ou que tout le monde pourrait avoir accès à ces privilèges si seulement ils travaillaient pour les gagner. En fait, les privilèges ne sont pas gagnés et ils sont accordés aux personnes des groupes dominants, qu'elles le veuillent ou non et indépendamment de leur intention déclarée. Les personnes appartenant aux groupes dominants ignorent souvent qu'elles en sont membres, car elles ont le privilège de pouvoir se considérer comme des personnes plutôt que comme des stéréotypes.

Il est important de préciser qu'un groupe n'a pas besoin d'être majoritaire pour être un groupe social dominant. 

  • L’Oppression : Exercice injuste ou cruel de l'autorité ou du pouvoir (Merriam-Webster, 2018).

L’ensemble de préjugés et de pouvoir institutionnel qui crée un système discriminant pour certains groupes (souvent appelés « groupes cibles » ) et avantageux pour d'autres groupes (souvent appelés « groupes dominants » ). Des exemples de ces systèmes sont le racisme, le sexisme, l’hétérosexisme, la discrimination fondée sur la capacité physique, le classisme, l'âgisme et l'antisémitisme. Ces systèmes permettent aux groupes dominants d'exercer un contrôle sur les groupes cibles en limitant leurs droits, leur liberté et leur accès aux ressources de base telles que les soins de santé, l'éducation, l'emploi et le logement.

  • La marginalisation: Le processus consistant à mettre ou continuer à mettre (quelqu'un) dans une position impuissante ou sans importance au sein d'une société ou d'un groupe (Merriam-Webster, 2018).

Une définition alternative à la marginalisation définie par Jenson (2000) est la suivante : « Les marginaux : les personnes que le système de travail ne peut ou ne veut pas utiliser, en conséquence, elles sont exclues de l'une des principales activités d'intégration de la société, manquant ainsi l'un des facteurs de base menant à une inclusion complète ».

La marginalisation est une sorte d'exclusion ou d'isolement des jeunes de la société en général en tant que les politiques, ce qui est social et l’économie.

Le but de l’exercice est de découvrir à quel point chaque personne est proche ou éloignée de l'identité dominante de sa société actuelle. Plus les pétales intérieurs correspondent aux pétales extérieurs (dominants), plus la personne possède de pouvoir social. 

Souvent, un ou plusieurs segments centraux sont laissés vides pour que le groupe puisse identifier les aspects ou les catégories de l'identité sociale qui portent une importance spéciale du pouvoir liée spécifiquement à leur contexte. Par exemple, le fait qu'une personne est née au Canada ou à l'étranger peut faire une différence.

  • Un document imprimé pour chaque participant (voir ci-dessous)
  • Des stylos
  • Des feutres
  • Du papier pour tableau de conférence
  • De la musique pour la réflexion (facultatif)
  • Faites une grande copie de la fleur de puissance sur une feuille de papier pour tableau de conférence et accrochez-la au mur.

La durée: 1 heure

Le contexte 

L’encadrement - nous allons prendre du temps de réfléchir à nos privilèges individuels et à notre pouvoir dans la société. Dans cette activité, vous aurez le temps d'explorer vos identités personnelles. À aucun moment vous ne serez obligé de partager cela avec le groupe si vous ne vous sentez pas à l'aise avec cela. 

  • Discutez des définitions. Commencez par une conversation sur ce que sont « le pouvoir et les privilèges ». Donnez les participants la possibilité d'en discuter en groupe. 
  • Ensuite, examinez les définitions avec eux. Écrivez-les au tableau (facultatif).
    • Demandez aux participants des exemples de groupes dominants dans notre société qui ont du pouvoir. 
  • Présentez le diagramme représentant une fleur : expliquez aux participants que nous allons utiliser ce diagramme (montrez du doigt la feuille de papier) pour connaître notre place dans la société et être plus conscients de nos privilèges. 
    • Distribuez les copies du diagramme de fleurs à chaque participant.
  • En groupe, remplissez les pétales extérieurs en déterminant le groupe dominant dans chacune des catégories d'identité de la fleur. 
    • Par exemple, pour la catégorie « race », il n'est pas difficile de s'accorder sur le fait que « blanc » doit être placé dans le pétale extérieur. 
    • Il pourrait en être de même pour « anglais » dans la catégorie langue et « hétérosexuel » dans la catégorie orientation sexuelle. 
  • En travaillant individuellement, demandez aux participants de se situer dans chaque pétale intérieur sur leur propre feuille. Ils écrivent la manière dont ils s'identifient dans chaque catégorie d'identité sur le pétale intérieur. 
    • Facultatif : jouez de la musique de réflexion pendant qu'ils écrivent. 
  • Une fois que tout le monde a terminé sa fleur, demandez aux participants de prendre un moment pour regarder leur fleur. 
    • Demandez aux participants de réfléchir à la question: où votre pétale à l’intérieur correspond-il au pétale à l’extérieur (c'est-à-dire que votre identité est celle du groupe dominant dans notre société)?

  • Partager: 
    • Option 1 - Discussion en paires : Demandez aux participants de se tourner vers la personne à côté d'eux et de partager et comparer leur place dans le diagramme de la fleur et dans la société sur la base des discussions que nous avons eues.
    • Option 2 - Les volontaires partagent : Demandez à des volontaires de montrer leur fleur et de partager avec le groupe. 
    • Option 3 - Demandez aux participants de s'avancer et de transférer l'emplacement de leurs pétales intérieurs sur les pétales intérieurs de la grande fleur. Ceci forme l'identité sociale composite et communautaire de votre groupe.

Cette activité a besoin d’une récapitulation clair pour conclure et comprendre le but de cette activité. L’animateur peut choisir de se concentrer la récapitulation sur de différents aspects tel que les identités sociales personnelles, l’identité social du groupe ou les liens interpersonnelles au sein du groupe. 

Lorsque cet exercice dévoile des aspects de notre identité sociale dont nous ne sommes pas souvent conscients, ce dévoilement peut parfois provoquer de la douleur, de la colère ou même un déni. Une personne qui se sent personnellement impuissante fait face au fait qu'indépendamment de ce qu'elle peut ressentir, elle est considérée comme exerçant un certain pouvoir par la société en général. Lorsqu’on travaille avec des groupes marginalisés, il est important de créer un espace permettant aux individus de découvrir où ils ont du pouvoir dans la société. do hold power in society. 

D’un autre côté, quelqu’un qui ressent responsable personnellement de ne pas avoir réussi peut être libéré de sa culpabilité lorsqu'il constate que des raisons structurelles le retiennent. En nous aidant les uns les autres à démêler le personnel du structurel, nous pouvons avancer dans notre lutte contre le racisme et dans notre combat pour la justice contre les autres oppressions.

  • Qu’avez-vous ressenti en réfléchissant aux groupes auxquels vous vous identifiez dans notre société? 
  • Avez-vous déjà pris le temps de réfléchir à ces identités auparavant? 
  • Qu'est-ce qui vous a surpris dans votre diagramme de fleur? 
  • Comment ce diagramme représente-t-il la marginalisation/oppression? 
  • Comment ce diagramme représente-t-il le pouvoir que vous avez dans la société? 
  • Lorsque vous travaillez en groupe, comment pensez-vous que votre privilège ou votre pouvoir peut affecter la façon dont vous travaillez avec ces groupes?
  • Comment cette activité peut-elle nous aider à mieux travailler en groupe?

Sources :