Image of many dots that form a circle

LE JEU DES SYSTÈMES

Stratégies systémiques

Contexte

Cette activité utilise un jeu amusant pour démontrer la complexité d’un système. Le jeu peut être analysé de plusieurs manières afin de se concentrer sur l'apprentissage clé le plus pertinent d'un système, pour un groupe.

« L’objectif central de Work that Reconnects est d’aider les gens à dévoiler et éprouver leurs liens innées avec l’un et l’autre et avec les pouvoirs systémiques et d'auto-guérison de la toile de la vie, afin qu'ils puissent être animés et motivés pour jouer leur rôle dans la création d'une civilisation durable » [traduction]. — Joanna Macy

Ce processus vivant et captivant offre une expérience directe de la nature dynamique des systèmes ouverts. Il met en évidence deux caractéristiques du nouveau paradigme de la réalité : 1) la vie est composée non pas d'entités distinctes, mais de relations entre elles, et 2) ces relations permettent à la vie de s’auto-organiser.

Cet exercice permet au groupe d’explorer quelques caractéristiques des systèmes afin de mieux comprendre ce qui est nécessaire pour créer un changement systémique.

  1. Demandez au groupe de se mettre debout dans un cercle.
  2. Demandez à une ou deux personnes (selon le montant de personnes dans le groupe) de se porter volontaire pour quitter la salle. Si vous avez un groupe assez bien informé, assurez-vous que ce sont des personnes qui n’ont jamais fait cette activité déjà.
  3. Lorsqu’elles ont quittées la salle, donnez les instructions suivantes:
    • Sans un mot ni indication de n’importe quelle sorte, chacun de vous doit choisir deux personnes dans le groupe.
    • Demandez si tout le monde a fait son choix. Lorsque tout le monde répond par un signe de tête que oui, dites le suivant :
    • Il n’y a qu'une règle dans ce jeu : vous avez besoin de vous déplacer de manière qu’il y a toujours une distance égale entre les deux personnes que vous avez choisies.
    • Démontrez que cela ne signifie pas simplement rester à mi-chemin entre les deux autres.  
  4. Demandez au groupe de commencer à se déplacer. À votre signal, les gens commencent à se déplacer, chaque mouvement déclenchant plusieurs autres, d’une manière interdépendant. Il accélère pendant du temps, et ensuite peut ralentir, accélérer, et ralentir encore vers l’équilibre, toutefois, il est rarement en stase.
  5. Une fois que le groupe s’est déplacé pendant une ou deux minutes, demandez aux volontaires de retourner à la salle.
  6. Donnez les volontaires une opportunité d’observer et d’essayer de comprendre la situation et ensuite vous pouvez leur demander quelques unes des questions suivantes (celles qui conviennent le mieux à l'objectif de votre groupe) :
    • Que croyez-vous ce passe?
    • Est-ce que ce système fonctionne?
    • Croyez-vous être capable d' organiser ce processus de l’extérieur?
    • Essayez un autre point de vue pour le regarder; montez sur la chaise.
    • Essayez de rejoindre le système. Entrez dans le désordre et essayez de le comprendre.
  7. Enfin, pendant que les gens continuent de se déplacer, invitez les volontaires à leur demander ce qu'ils font.

Compte-rendu
Rassemblez le groupe dans un cercle encore une fois, et faites une récapitulation de l’exercice. Incluez les participants et les observateurs dans la conversation. La question simple de « qu’est-ce que vous avez constaté? » suscite une discussion fructueuse.

  • Des systèmes complexes peuvent résulter des règles simples et des modèles mentaux. Il y avait seulement une règle qui existait ici, mais regarde le niveau de complexité qu’elle a créée.
  • Les systèmes sont composés des éléments interdépendants. Quand vous changez ce qui se passe dans une partie du système, il affecte d’autres parties du système aussi. 
  • Ce système ne peut pas être contrôlé, ni compris de l’extérieur. Vous devez vous intégrer dans le système et coopérer avec ceux et celles qui sont déjà impliqués pour voir l’ensemble. 
  • Pour comprendre le comportement d'un système, vous devez l'observer en action pendant un certain temps. Un seul coup d'œil ne vous aidera pas. 
  • Tout le monde n'a pas bougé en même temps. Il se produit souvent des décalages que nous n'avons pas anticipés, ce qui rend plus difficile la compréhension de ce qui se passe.
  • Ce système est composé de parties interdépendantes. Nous ne serions pas en mesure de comprendre le comportement de l'ensemble en étudiant chaque partie de manière isolée (pièce par pièce) ni en étudiant uniquement les parties ensemble. Nous devons voir à la fois les parties et les connexions entre elles pour comprendre l'ensemble. Nous devons élargir notre vision. 
  • Nous avons tendance à attendre que le système s'arrête; nous croyons que le but est de trouver un point stable. En réalité, ce système pourrait continuer à bouger éternellement. La seule constante est le changement. Bien que les systèmes puissent être à la recherche d'un but - c'est-à-dire qu'ils essaient d'atteindre la stabilité - d'autres processus les empêchent d'atteindre l'équilibre. Plus vous poussez, plus le système repousse. 
  • Souvent, nous nous concentrons seulement sur qui nous suivons, et non pas qui nous suit. Comment est-ce que nos actions affectent ceux et celles autour de nous? Ou ceux qui ne sont pas dans notre champ de vision? 
  • Même en connaissant les règles et les parties, vous ne pouvez pas prédire exactement comment le système se comportera. Le résultat est déterminé par la règle, le libre arbitre des parties et le contexte, par exemple, l'environnement. Faites remarquer si l’espace dans lequel ils jouent est exempte de dangers ou s'il y a des arbres qu'ils ont dû éviter, etc. qui ont affecté leur comportement.
  • Vous pouvez poser la question « est-ce que ceci est un système fermé ou un système ouvert? » Si les gens croient que c’est un système fermé parce que personne n'est entré de l'extérieur, vous pouvez attirer l’attention sur l'énergie provenant du soleil qui touche toutes les personnes présentes. Nous ne tiendrions pas longtemps sans nourriture ni boisson provenant de l'extérieur du système que nous venons de créer. Individuellement et collectivement, nous sommes des systèmes ouverts dépendants d'apports de matière-énergie et d'informations. Les systèmes fermés n'existent pas dans la nature.
  • « Quelles réactions nous ont aidées à réaliser notre fonction (c’est-à-dire de rester à équidistance de deux autres personnes)? » S’il n’y a aucune réponse, vous pouvez poser la question: « Aurions-nous pu le faire avec les yeux fermés? » Vous pouvez noter que ce ne sont pas seulement les perceptions visuelles, mais plutôt des réactions de toutes sortes qui nous guident dans nos vies quotidiennes.
  1. Écosystème en voie d’extinction. Demandez à tout le monde de répéter le processus, mais cette fois-ci dites-leur que vous allez vous déplacer parmi eux et discrètement tapoter sur l’épaule de quelqu’un. Après avoir compté jusqu’à cinq silencieusement, cette personne s’effondra par terre ou s’accroupira. Ensuite tous ceux et celles qui ont choisis de se déplacer par rapport à cette personne compteront silencieusement jusqu'à cinq et s’effondreront aussi, ensuite ceux et celles qui ont été affectés suivra, jusqu’à ce que tout le monde du groupe est par terre. Après avoir commencé lentement, la progression commence à s’accélérer et finit par un effet de cascade qui donne à réfléchir et qui est instructif. Si, après avoir tapoter sur l’épaule de quelqu’un, la personne s’effondre ou soit par terre, et rien d'autre ne se produit, vous vous rendriez compte que personne d’autre n’a choisi cette personne — continuez en tapotant sur l’épaule de quelqu’un d’autre.
  2. L’innovation sociale.Dans un prolongement de « l’Écosystème en voie d’extinction » demandez au groupe de commencer accroupi. Déplacez-vous parmi le groupe et tapotez sur l’épaule de quelqu’un discrètement; cette personne comptera silencieusement jusqu’à cinq, ensuite se lèvera et ainsi de suite. Le processus ci-dessus se déroule maintenant à l’inverse, montrant l’effet accélérant de nouvelles idées ou comportements qui se répandent dans un système social.
  3. Les restrictions sociales. Comme un prolongement au jeu original et en conservant les mêmes rapports, immobilisez deux participants ou plus, et ensuite continuez. Dans la discussion qui suit, les participants peuvent réfléchir à la diminution de la fluidité qu’ils ont ressentie parmi le groupe plus grand, ou dans leurs propres expériences si un de leurs partenaires ne bougeait pas. La diminution de la réactivité est souvent vécue comme un dysfonctionnement du système et les commentaires sur ce fait peuvent apporter de nouvelles perspectives.
  4. L’exercice à grande échelle  . Une variation utilisée par Mark Horowitz est avec un groupe de 75 personnes ou plus. Ici une vingtaine de volontaires participent dans le jeu et le reste sert comme audience. Ceci fonctionne mieux lorsque le public est assis autour de quelque part centrale où le jeu se déroule.
      1. Le guide prend les volontaires d'un côté pour leur donner les instructions. Entretemps, le public est invité à observer l'action et à essayer de comprendre ce qui se passe. Si les sièges le permettent, les participants du public peuvent se déplacer pour observer de différents angles. Le jeu commence alors, tandis que le public observe avec perplexité.
      2. Après quelques minutes, le guide demande à quatre ou cinq participants du public de se comporter dans le rôle de consultant pour cette « organisation ». Leur tâche est d’organiser les participants selon leur taille. Ceci sera impossible, parce que les participants ne restent pas dans la même place.
      3. Après quelques minutes de plus, on fait signe aux volontaires de s’arrêter sur place et le guide demande des observations du public et ce qu’elle croyait allait se passer. Les explications proposées sont souvent créatives et même hilarantes.
      4. Les consultants sont ensuite demandés de rapporter leur expérience (probablement frustrante), illustrant ainsi l'absurdité d'essayer d'intervenir dans un système (humain ou autre) sans d'abord apprendre ce que fait le système et quelles sont ses « règles ».
      5. Enfin, à moins que quelqu’un dans le public n’ait pas compris ce qui se passait, les volontaires expliquent les règles du jeu et partagent leurs expériences et ce qu'ils ont appris au cours du processus.